LDJC – Notes d’intention

« À mille lieues des postures faciles, nous refusons d’entrer dans le jeu de la commode dénonciation de l’adversaire. ni pro-citoyen, ni moraliste, ce spectacle est une entreprise ontologique qui attend du spectateur qu’il se pose les questions fondamentales sur l’être :

Qu’en est-il de l’humanité en lui ? Sur quoi est-elle fondée ? Sur quel socle mystérieux s’éploie-t-elle ou fait-elle retraite ?

François Bourcier

«  Dans son roman, Victor Hugo se met au plus près des derniers instants que peut vivre un homme condamné à mourir. L’adaptation scénique doit en faire de même, et faire ressentir au public les dernier moments du personnage : ce qu’il ressent, voit, vit… encore. »

David Lesné

« D’un seul coup, le spectateur se trouve propulsé dans la tête du condamné et voit par ses yeux. Le décompte de ce qui lui reste à vivre devient étonnant puisque tout se vit dans l’instant devant nous. »

François Bourcier

 

Pour y parvenir, le texte a été adapté en monologue dramatique, les verbes transposés au présent, offrant ainsi une approche novatrice et inédite :

« Les références écrites qui plaçaient le texte dans une date ou un temps donné ont étés supprimées. Ce texte est et reste d’actualité, et le restera longtemps. Il se place dans tous les temps. »

David Lesné

« Depuis plusieurs années, mon équipe et moi travaillons sur des spectacles traitant de sujets forts, nous avons pu et su mettre à profit l’expérience acquise. »

François Bourcier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *