LA CONSTELLATION DES CONTES – Note d’intention

NOTE D’INTENTION

Nous sommes fascinées par les mondes imaginaires – royaumes de contes de fées, planètes inconnues – et les histoires qui leur sont attachées. Que les histoires soient véhiculées par le livre, le film ou le théâtre, elles nous servent souvent de guide.
C’est pourquoi nous avons eu envie de raconter une histoire qui propulse les spectateurs dans un univers intemporel (en référence à Star Wars, Mia, Les Cités d’Or, par exemple). Ici les contes d’Andersen, Perrault et Grimm se télescopent avec l’histoire d’une princesse vivant dans un monde imaginaire, gardienne d’un Grand Livre des Contes. C’est donc la mise en abîme de contes dans un conte. La difficulté était de redécouvrir ces histoires connues et reconnues dans l’inconscient collectif. Pour y parvenir, nous avons utilisé la focalisation interne : la jeune Stëlla découvre les scènes comme si elle les vivait à la place des personnages. Elle n’est pas comme un jeune spectateur se trouvant dans la salle, elle est comme une extraterrestre qui découvre la terre et son fonctionnement ou comme une étrangère qui découvre un nouveau pays et ses coutumes. C’est aussi un message de tolérance. Chaque situation est donc sujet à l’émotion, et ce décalage temporel nous permet de l’humour.

Par fidélité, nous n’avons éludé aucun des aspects cruels des contes : Barbe bleue s’apprête bien à égorger sa nouvelle femme, la méchante reine essaie bien d’étouffer Blanche Neige, le bourreau menace toujours de couper les pieds chaussés des souliers rouges, la sorcière veut encore manger Hansel et Gretel et Riquet à la Houppe continue de dealer de la beauté contre de l’amour. Mais pour raconter l’histoire de Stëlla, nous proposons aux contes une issue différente. La Constellation des contes est donc le conte d’une petite fille partie à la recherche de contes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *